PRESENTACIÓN... NOTICIAS....FOTOS....MÚSICA ....AUDIOVISUALES.....CONTACTO

 

Hemos sido un trazo continuo en un paraje modelado por las fachadas. Donde lo tangible se difumina y lo inexistente se materializa.
Hemos transitado por años los caminos ya surcados por pasos adelantados a los nuestros.
Estos moldean la arcilla de nuestra creación, la que, a menudo, es la copia de la copia. Inevitablemente hay copias que perdurarán. Es la magia del arte, originales cuyas copias sepultarán.
Quizá nadie recuerde quién fue, quién lo hizo, cómo aconteció. Así vamos erigiendo nuestra existencia, —la presente y la póstuma— a ratos dejando huellas impasibles y a otros rastros tan volátiles que una brisa podría remover.

Así nació esta música, forjada en tiempos de guerra, creencias e ideologías, revoluciones - involuciones.
Cuando aún queda la esperanza de una paz entre los hombres, también hay ganas de cantar.

Nous avons été un trait continu dans un parage modelé par les façades. Où le tangible s’estompe et l’inexistant se matérialise.
Nous avons parcouru au fil des ans des sentiers déjà battus par des pas en avance sur les nôtres.
Ceux-ci moulent l’argile de notre création, qui, bien souvent, est la copie de la copie.

Inévitablement, il y a des copies qui perdureront.
De là la magie de l’art. Des originaux dont les copies relèveront.

Peut-être personne ne se souviendra qui c’était, qui l’a fait, ni comment. Ainsi nous érigeons notre existence —la présente et la posthume—, parfois laissant des empreintes impassibles et d’autres des traces si volatiles qu’une brise pourrait disperser.

Ainsi naquit cette musique, forgée en temps de guerre, croyances et idéologies, révolutions — involutions.
Quand il reste l’espoir d’une paix entre les hommes, il y a aussi l’envie de chanter.

 

 

Acalanto signifie « chardoneret », un petit oiseau coloré qui chante les couleurs fortes de ses plumes.
Depuis sa fondation, l'Ensemble Acalanto, décide d'intervenir dans la réalité fondamentalement injuste qui l'entoure.
Ils naissent avec la fin « de la dictature militaire » dans leur pays d'origine, le Chili. Ils veulent créer une chanson poétique anti-impérialiste, anti-capitaliste, engagée mais sans bandeaux sur les yeux.
Une chanson couvée dans les pulsions de la terre de l'Amérique, c'est à dire, avec les instruments les plus authentiques de l'identité Américaine et résister ainsi, activement à la musique commerciale sans se laisser séduire par le chant du cygne de la machine mondialiste.
Créer l'espace mental et culturel à la Ré-évolution, à l'épanouissement des forces progressistes de l'humanité, à la justice sociale, à une paix entre les hommes. Une paix basée sur la dignité et la communication sincère.

Jorge Fajardo : Cinéaste, écrivain chilien

Photo: Cristobal Roman

dominique-saxPhoto : Nano Ruz

 

"Leur musique me donne le goût de continuer à me battre"

Il y a quelques années j’ai voulu faire un film sur le muraliste David Alfaro Siqueiros. Les bureaucrates fédéraux refusèrent le projet, sous prétexte que Siqueiros n’était pas québecois, et ils préféraient les sujets à feuille d’érable sans doute pour mieux nous enfermer dans notre « réserve ».
Pourtant j’ai toujours pensé que Siqueiros était Québécois. D’ailleurs tout ce qui est beau, grand, fort, merveilleux sur cette terre est québécois. Theodorakis est québécois. Camus est québécois. Orwell, Bach, La Boétie, Rembrandt ou Pasolini sont québécois. Neruda est québécois, comme Miron, Perrault ou Vadeboncoeur.

Alors quand Rafael Azocar et Carmen Pavez m’ont demandé de lire Pablo Neruda en français, avec le groupe Acalanto, ça m’a touché très profondément. J’ai accepté sans hésiter une seconde, en espérant ne pas trop les décevoir.
On ne se voit pas très souvent, mais avec les musiciens d’Acalanto, je me sens comme avec des amis. Quand on travaille, je me sens bien. Tout simplement. Mon accent espagnol de l’Est de la ville les fait rigoler. Moi, c’est leur accent latino de Rosemont qui me fait sourire.
Ils étaient québécois sans le savoir. Or, en fuyant la dictature chilienne, en s’établissant ici, ils sont devenus définitivement québécois. Ils font maintenant partie de la famille. Comme moi de la leur. Et j’ai l’impression chaque fois de retrouver des frères et des soeurs.
Je ne suis pas critique, ni musicographe. Je ne connais rien à la musique. Mais j’aime Acalanto. En dehors des modes musicales imposées par les marchands de soupe américaine, je retrouve Pablo Neruda, Victor Jara, Violeta Parra. Tous des québécois. Comme Acalanto. Leur musique me fait du bien, me met de bonne humeur et m’empêche de désespérer. Leur musique me donne le goût de continuer à me battre.

Pierre Falardeau : Cinéaste, écrivain Indépendantiste Québécois


cantogeneral

Site de L'Ensemble Acalanto, Montréal-Québec
Tous droits reservés